Le rugby professionnel enfanté par Rupert Murdoch a-t-il définitivement tué le rugby amateur inventé par Thomas Arnold dans le collège de Rugby ?

La solidarité, le courage, le respect des autres et l’amateurisme sont les quatre idées fondatrices qui ont amené Thomas Arnold, chef d’établissement du collège de Rugby, à créer un nouveau sport éducatif et pédagogique, afin de socialiser tous les jeunes hommes qui étaient à sa charge. C’est la raison pour laquelle ce sport de combat, que l’on nomme depuis rugby, s’est toujours distingué des autres. Pourtant, quelques signes précurseurs d’une lente dégradation apparaissent sur les terrains et inquiètent.

La formation des rugbymen français : l’ exemple du centre de formation de l’UBB (partie 2)

La formation française des jeunes rugbymen a été pointée du doigt depuis le fiasco de l’équipe de France de rugby de la dernière coupe du monde. On lit de plus en plus que la nouvelle génération de rugbymen, le futur proche du rugby français, partagerait de moins en moins les valeurs historiques de « l’ovalie », transmises jusqu’alors de générations en générations (esprit collectif, courage, fair-play et respect entre autres). Le centre de formation de l’UBB est un exemple très représentatif de ce qui se fait de mieux en France actuellement.

La formation des rugbymen en France : l’ exemple du centre de formation de l’UBB (partie 1)

Pour expliquer les déboires de l’équipe de France de rugby lors de la dernière coupe du monde ou lors du dernier tournoi des six nations, on cite le plus souvent deux boucs émissaires : le top 14 et la formation des jeunes rugbymen français.

Trop de puissance, pas assez de technique individuelle, trop de joueurs recrutés à l’étranger et pas assez de joueurs français titulaires en top 14, trop d’enjeu et trop de stress pour les clubs du top 14 du fait de l’épée de Damocles que représente la descente de deux clubs en pro d2, pas assez de jeu, pas assez de passes en top 14 sont les refrains qui reviennent le plus souvent.

Concernant la formation des rugbymen, la FFR avait pourtant fait figure de précurseur dans le domaine en imposant dès 2002 aux clubs professionnels la création d’un centre de formation selon un cahier des charges bien précis.

Comparaison du nombre de joueurs de rugby recrutés à l’étranger entre le top 14 et les autres championnats de rugby dans le monde

Dans un précédent article (Les raisons de la faiblesse actuelle de l’équipe de France de rugby), j’ai essayé d’analyser les différentes causes de la dégringolade du quinze de France dans la hiérarchie du rugby mondial. Le recrutement massif de joueurs à l’étranger effectué par les clubs du top 14 me semble la cause principale de ces échecs récurrents. La comparaison des principaux championnats mondiaux sur ce point est éloquente.