La troisième mi-temps, un trésor du rugby qui se perd

La troisième mi-temps symbole du jeu de Rugby, moment de convivialité partagé après un match entre coéquipiers, mais aussi si possible avec les adversaires, tend à disparaître, tout du moins dans le monde impitoyable et égo-centré du rugby professionnel.

Ce moment privilégié dont on  connait le point de départ, mais rarement les prolongements, a toujours été un prétexte cathartique pour être ensemble. Un moyen de souder les hommes entre eux et d’apaiser les tensions générées par le combat.

Ce n’est pas pour rien que la grande majorité des sièges historiques des clubs français étaient des cafés, suivant en cela la tradition des Club House anglais. Seul sport de combat collectif à célébrer les vertus du sacro-saint collectif, la troisième mi-temps est ontologique à la nature du jeu de Rugby et lui donne pleinement sa dimension sociale. Sans troisième mi-temps, le combat rugbystique n’est plus que violence. 

La chaine d’Union ou le cercle des joueurs de rugby

Regardez un match de rugby : intangiblement en début et en fin de match vous verrez les joueur se serrer en ronde pour mieux se souder. Un geste devenu naturel qui vient de l’origine de la création de ce jeu, comme la mêlée, le ballon ovale, le temples que sont les stades de rugby, les essais, le chiffre trois, le nombre XV, la troisième mi-temps, les poteaux en forme de H et comme de manière générale l’imaginerie rugbystique et son esprit.

XV de France recherche désespérément des joueurs dans le TOP 14

Les conventions LNR-FFR successives ne font qu’illustrer la célèbre fable du scorpion et de la grenouille. Au milieu de la rivière, le scorpion finit toujours par tuer la grenouille : une question de caractère. Dans les faits, le TOP 14 ne laisse qu’un ridicule espace de jeu aux joueurs formés en France, et ce malgré l’étendu de leurs talents. Le succès de l’équipe de France des moins de 20 ans championne du monde 2018 est le témoin de l’excellence de notre formation). Au bout du chemin ovale, c’est le XV de France qui, encore une fois, en pâtit.

Paris, 20 août 1996 : Le jour où la fédé (FFR) a cédé le volant au rugby professionnel

Le 15 juin 1996 à Albi lors d’une assemblée houleuse la FFR décida de créer la Commission nationale du rugby d’élite (CNRE) présidée par l’ancien parachutiste expert-comptable Séraphin Berthier, ancien trésorier du FC Grenoble. Mais cette commission pris rapidement pour mission de mener un combat interne secret contre la FFR, contre le jeu de Rugby amateur, bref contre l’Histoire, au profit des intérêts particuliers des clubs. 

Fédérale 1 : to be PRO or not to be PRO

La fédérale 1, réformes après réformes, demeure une compétition hybride manquant terriblement de cohérence et de stabilité. Ainsi, ce championnat rassemble-t-il au moins trois mondes. Celui des clubs pré-professionnels, celui des clubs amateurs et entre les deux celui des clubs semi-amateurs ou semi-pro, selon le point de vue.