Qui pour remplacer les parisiens dans la course au Brennus 2016 ?

Par Frédéric Bonnet 

LOGO

L’année 2015 avait consacré la superpuissance du RCT au sommet de l’Europe et la surprenante et jeune bande de copains parisiens du Stade Français dans la quête centenaire du Brennus. Et si l’année 2016 était celle du Racing pour l’Europe et celle de l’ASM pour le Brennus.

 

Pourquoi l’ASM ?

Rien ni personne ne devrait empêcher les auvergnats du stade Michelin de remporter leur deuxième Brennus en 2016. Sauf peut être eux mêmes …

Après leur spectaculaire coup de mou du mois de décembre,  les jaunârds se sont magnifiquement ressaisis. Ils arrivent au printemps avec un moral d’acier, forgé dans la tourmente hivernale, avec le jeu le mieux huilé et le plus complet du top 14 et avec le regard tourné uniquement sur les phases finales du top 14. S’ils arrivent à vaincre la malédiction diffuse qui les fait trébucher en finale, la meilleure équipe du top 14 2016 remportera pour la deuxième fois le fameux bouclier.

Le deuxième finaliste : Montpellier

A l’opposé des auvergnats, la franchise Sud africaine fabriquée par M Altrad en Hérault propose une jeu puissant, minimaliste, stéréotypé et parcimonieusement éclairé par le génie de son ouvreur Trin Duc. Mais ce jeu leur va bien et ils le maitrisent sur le bout des doigts. Petits bémols : ils seront en finale de la petite coupe d’Europe contre les Harlequins, et courir deux lièvres à la fois n’est pas chose aisée, et s’ils parviennent en finale contre l’ASM, les auvergnats se rappelleront que les montpelliérains les avaient battus à Marcel Michelin. Une motivation toute trouvée.

L’outsider n0 1 : le Racing

Le club de Jacky Lorenzetti, le roi de l’immobilier, n’est paradoxalement attaché à aucune ville et compte peu de supporters. Un club sans histoire, à part celles de leur pilier italo-argentin, qui devra batailler en finale européenne contre les Saracens. En cas de victoire, ils risquent d’être exténués, en cas de défaite, déprimés.

L’outsider N0 2 : le RCT

Il se dit que pour copier ses camarades de jeu milliardo-millionnaires, M Boudjellal souhaite acheter le symbolique muguet du RCT, le muguet du chanteur Félix Mayol, qui par amour pour les rugbymen toulonnais, racheta à l’armée française le terrain de jeu du RCT. Il aurait du plutôt acheter un buteur au RCT : un détail qui pourrait empêcher les joueurs rouges et noirs d’offrir comme cadeau d’adieu à leur entraineur Bernard Laporte le fameux bout de bois.

Les challengers 

Le Stade Toulousain et le Castres Olympique

Les deux clubs concurrents de la région Midi Pyrénées sont en plein reconstruction en 2016. Les effets des méthodes de messieurs Mola et Urios ne devraient prendre toute leur ampleur que lors de la saison prochaine. Mais attention, à la puissance et à la jeunesse des « autres rouges et noirs » et à la rage de vaincre des hommes du sorcier de Carcassonne.

La surprise ?

Il pourrait venir de Gironde, si l’UBB parvient in extrémis à se qualifier. Le départ de Vincent Etcheto a fait plus de mal que ne le pensait le président toulouso-bergeraco-girondin. Le manque de liaison avants-trois quarts a douché les espoirs des hommes de Matthew Clarkin, Jandre Marais et LB Madaule. Mais, l’espoir est encore permis. Il faudra aux Béglais un parcours sans faute, une victoire d’Oyonnax au Stade Français pour les relancer avant d’affronter leurs concurrents directs (Castres et toulouse)   et une baisse de régime des Castrais. Si toutefois l’UBB devait affronter l’ASM en finale (pour la cinquième fois cette année)…je miserai mon salaire sur une victoire girondine.

                                                                                              L’UBB : un club du top 14 dont le président était joueur (en bas à droite)

20160430_183117-2

Une réflexion sur “Qui pour remplacer les parisiens dans la course au Brennus 2016 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *