Les nouvelles substances dopantes en rugby et dans d’autres sports collectifs : pas vu, pas pris ?

De tout temps le dopage a suivi de très près les progrès réalisés dans le domaine médical et pharmaceutique. Ainsi régulièrement, de nouvelles substances ayant des potentialités dopantes ou masquantes viennent augmenter la liste des substances et méthodes interdites. Toutefois, une des particularités du dopage réside dans le fait que l’arrivée de nouvelles substances ne chasse pas l’usage des plus anciennes :  les anabolisants, amphétamines, cocaïne, corticostéroïdes, narcotiques, canabinoïdes, hormones de croissance, testostérone, EPO et autres diurétiques ne sont pas prêt de disparaitre. Mais la quête perpétuelle de performance pousse les dopeurs et les dopés à se tourner vers des substances médicamenteuses non encore commercialisées tout simplement parce quelles ne sont pas encore détectables. Pas vu, pas pris !

L’arimistane la nouvelle star des produits dopants ?

Régulièrement, les instances qui sont chargées de la lutte contre le dopage modifient la liste des produits interdits dans le sport en général et dans le Rugby en particulier. A chaque fois, c’est l’occasion de piéger les sportifs les plus crédules ou les moins informés. Car, à moins de conjuguer les deux qualités de sportif de haut niveau et d’expert pharmacologue, les rugbymen n’ont aucune chance de s’y retrouver. Le dernier scandale en date fait suite à la mise à jour du 1 janvier 2017 et concerne l’higénamine. Il y avait eu avant elle, l’affaire du meldonium. Le prochain scandale pourrait venir de la détection de l’arimistane dans le sang de nos sportifs préférés. Mais, ce n’est pas le seul produit à risque. Donc à moins de ne pas suivre la mode contemporaine et de ne prendre aucun produit, il est préférable d’être bien informé…

Le cocktail cortisone-cocaïne ou dopage du début de semaine dans le Rugby

L’actualité remet encore sur le devant de la scène le dopage dans le monde du rugby. Cette fois-ci, il est question de cocaïne. Encore une fois, certains médias, d’anciens joueurs et des pseudos spécialistes des addictions chimiques n’assènent que des contre vérités à ce sujet. La défense est toute trouvée, les sportifs n’en prennent que pour un usage festif. Alors, condamnons vite les accusés et passons à autre chose. Rétablissons à nouveau quelques vérités scientifiques.

L’higénamine ou norcoclaurine (HIC) nouvelle star des produits dopants en Rugby ?

Certaines équipes de Rugby doivent se sentir plus visées que d’autres par les contrôles antidopage. Il faut dire qu’incriminer les clubs les plus médiatiques est plus profitable pour les médias que sortir des affaires touchant les joueurs amateurs ou faire un débat de fond sur le dopage. Quelle est donc cette nouvelle molécule l’higenamine incriminée et surtout quel est l’intérêt de son utilisation pour des rugbymen ?

Evolution du gabarit moyen des rugbymen en 5 périodes de 1978 à 2016

Visionner deux finales du championnat de France de rugby à 40 ans d’intervalle permet de mesurer l’évolution de notre sport. Les formes de jeu, le temps de jeu, les mêlées, l’organisation des équipes, les maillots et les gabarits des joueurs semblent radicalement différents. Les gabarits des rugbymen ont-ils tant évolué ?

Les compléments alimentaires protéines : un leurre qui cache la prise d’anabolisants

Il y a une concordance de plus en plus frappante entre la mode de la médecine anti-âge et la prise de compléments alimentaires. Rien de plus logique puisque dans les deux cas  le but est de dépasser les limites physiologiques. Dans les années 80, les entreprises commercialisant les stéroïdes anabolisants utilisaient les stars du cinéma (Stallone, Schwarzenegger ou Van Damme) pour faire la pub de leurs produits.

Rien n’a changé 40 ans après, sauf que ce sont désormais les joueurs de rugby bodybuildés qui font la promotion de compléments alimentaires. Or, même si ces produits ne sont toujours pas considérés comme illégaux, ils posent plusieurs types de problèmes.

Itinéraire fictif d’un enfant dopé

Les affaires de dopage dans le rugby se bousculent avec leur lot de désinformation, d’exagération, de contre-vérité et de contre-feux. Pour mieux comprendre ce qui conduit un joueur à se doper, imaginons l’histoire banale et fictive d’un gamin de 10 ans fou de rugby : un enfant qui rêvasse de son avenir rugbystique en regardant un énième match ennuyeux du Top 14.

Quelques vérités sur le dopage aux corticoïdes dans le rugby et autres sports …

L’actualité remet encore sur le devant de la scène le dopage dans le monde du rugby. Cette fois, ce sont trois joueurs du Racing qui ont été épinglés lors de la finale du Top 14. Il faut dire qu’ils devaient penser être à l’abri, à tord, de tout contrôle anti dopage hors de France, à Barcelone. C’était sans compter sur les accords entre la France et l’Espagne sur la lutte contre le dopage. Les médias et les pseudos spécialistes des addictions chimiques n’assènent que des contre vérités à ce sujet. Rétablissons quelques vérités scientifiques.

Le rôle primordial des entraîneurs et des préparateurs physiques dans la lutte contre le dopage

Une étude menée par Goulet et ses collaborateurs en 2010 a démontré que les entraîneurs exercent une influence déterminante dans la décision des jeunes athlètes de consommer ou non des substances dopantes.

Cette étude montre l’urgence et la nécessité de former les entraîneurs à ce sujet, trop souvent tabou, pour qu’ils puissent intervenir de façon préventive et constructive auprès de leurs joueurs.