Le talonneur est devenu le souffre douleur du Rugby spectacle

Le modèle économique du rugby-spectacle n’a pour seul objectif que de contenter les sponsors, les actionnaires, les présidents de clubs et les médias qui s’enrichissent sur son dos. Un match est désormais un spectacle global au sein duquel les joueurs de Rugby et le jeu en tant que tel ont perdu leur place centrale. Le Rugby et ses pratiquants pro ne sont que des prétextes pour divertir les foules et amuser la nomenclatura des loges. Les nouvelles règles du Rugby vont systématiquement dans le sens de la vitesse, de l’intensité et de la puissance. Et comme on ne peut pas avoir tout et son contraire, l’explosion du nombre des blessures des joueurs n’est que la conséquence logique de cette quête absolue de la performance. Ainsi, les talonneurs sont devenus de part la spécificité de leur poste les souffres douleur de la LNR.

La financiarisation du jeu de Rugby

Plus que l’argent, c’est la financiarisation galopante du rugby-marchand qui menace tous les ans l’existence même de la majorité des clubs de Rugby. L’argent, le dopage et la violence sont les trois tabous que l’Ovalie essaie de cacher et de contenir dans sa boite à secrets. Un coffre qui s’est entrouvert fréquemment cette année au gré des affaires de dopage et qui s’ouvre traditionnellement chaque printemps quand la sentence de la DNACG tombe et condamne les clubs qui n’ont pas la chance d’avoir un mécène riche et généreux. Mais, plutôt que de mettre au pilori des élèves récalcitrants pour en faire des exemples comme au Moyen Age, il serait plus efficace et moral de s’attaquer à la véritable cause du déficit récurrent des clubs de Rugby : son modèle économique mis en place depuis 1995.

Petite Histoire du rugby bordelais : du Bordeaux Athletic Club à l’UBB

Un club de Rugby, c’est un stade, un maillot, des symboles, une école de rugby, des joueurs, des éducateurs, des entraineurs, des administrateurs et un président qui se lient et qui communient avec l’ensemble d’une cité et de ses citoyens. L’Union Bordeaux Bègles, l’UBB, n’a que dix ans d’existence. Ce club juvénil fait « enfin » sa crise d’adolescence. L’UBB est né dans la douleur de l’union de deux clubs antagonistes et centenaires. Il a peut être grandi trop vite et sans se préoccuper des deux histoires qui l’ont construit : celle des bordelais du SBUC et celle des bèglais du CAB. Pour aller de l’avant et se projeter vers l’avenir, il faut savoir d’où l’on vient. Il faut donc s’appuyer sur un passé riche et varié et s’ancrer dans la réalité de deux cités à la fois opposées et complémentaires : Bordeaux la belle cité fermée, étudiante et aristocratique et Bègles sa banlieue ouvrière, laborieuse et modeste.

La fin du Rugby Spectacle et Business est programmée

Depuis 1996 et son entrée dans le professionnalisme, le Rugby Spectacle tente de draguer un public et des spectateurs néophytes afin d’enrichir son « parrain » Canal plus et son « porte flingue » la LNR. Mais le Rugby n’est pas le foot, et en se lançant dans une surenchère spectaculaire permanente, le Top 14 a fini pas dégoûter nombre de ses fidèles supporters. NOUS les amoureux du Rugby n’avons pas disparu de la planète ovale. Avec nos différences et nos divergences, mais aussi avec nos célèbres valeurs fédératrices, nous sommes le dernier rempart contre les dérives du Rugby Spectacle.

Pourquoi l’équipe de France de Rugby ne part pas avec les mêmes chances que ses concurrentes dans le tournoi des 6 nations

La coupe d’Europe de Rugby, le tournoi des Six Nations, l’équipe de France de Rugby et les joueurs formés en France font-ils bon ménage? En d’autres termes, Guy Noves dispose-t-il d’un vivier de joueurs formés en France suffisant en nombre et en volume de temps de jeu pour être concurrentiel lors du tournoi des six nations et au-delà ?

Contraindre les clubs du TOP 14 à embaucher les joueurs qu’ils forment

Il n’est désormais plus un secret pour personne, que les rugbymen formés en France ont de moins en moins de place dans notre championnat : que ce soit en Top 14, mais aussi jusqu’en fédérale 1. Pour des raisons mercantiles et pour des critères d’efficacité à court terme, la grande majorité des clubs de rugby français préfère recruter massivement des joueurs formés à l’étranger. Le nouveau président de la FFR, Bernard Laporte, entend s’attaquer à ce problème. Quelles sont ses marges de manoeuvres ?

Dans quel championnat les rugbymen espoirs qui sortent des centres de formations français jouent-ils ?

Le monde du rugby français s’auto-congratule régulièrement en déclarant posséder avec le Top 14 le meilleur championnat du monde de Rugby. Mais qu’en est-il de sa formation de jeunes espoirs du rugbymen ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que leur avenir est largement obscurci par le recrutement exagéré de joueurs non formés en France. Tous les week ends, la grande majorité des jeunes rugbymen formés en France observe depuis les tribunes son équipe jouer. Quel gâchis !

Les arbitres de rugby du monde pro sont les vrais héros de notre sport

Par Frédéric Bonnet Le rugby sans règle et sans loi n’est que violence. Il n’acquiert ses vertues pédagogiques, que s’il transcende cette violence brute en la transformant en un combat collectif dont les valeurs se fondent sur les notions de solidarité, de courage et de respect des autres dans toutes leurs différences. On ne peut […]

Evolution du gabarit moyen des rugbymen en 5 périodes de 1978 à 2016

Visionner deux finales du championnat de France de rugby à 40 ans d’intervalle permet de mesurer l’évolution de notre sport. Les formes de jeu, le temps de jeu, les mêlées, l’organisation des équipes, les maillots et les gabarits des joueurs semblent radicalement différents. Les gabarits des rugbymen ont-ils tant évolué ?