La réussite des All Blacks en 7 leçons

La réussite éclatante et la suprématie sans partage du Rugby Néo Zélandais sur la planète ovale depuis plus de cent ans n’est pas le fruit du hasard. La fée du rugby ne s’est pas particulièrement penchée sur le rugby made in kiwis. Non, le mythe des All Blacks a été pensé et travaillé longuement et intelligemment. Il répond à un besoin de cohésion sociale et culturel nationale dans un pays peu peuplé et situé aux antipodes des origines du rugby : l’Europe.

Pourquoi organiser la Coupe du Monde de Rugby en France en 2023 ?

Les études prospectives de l’impact économique de la Coupe du Monde (CMR) 2023 menées par les décideurs de cet évènement nous prédisent comme d’habitude des retombées financières mirifiques.

Pourtant, ces études ne sont en fait que le déguisement pseudo-scientifique de décisions politiques et économiques. Comment « vendre » un spectacle à une nation chargée de le financer par ses impôts. 

A n’en pas douter, les coûts seront publiques, mais les gains seront privés.

Pour autant, l’organisation de la CDM 2023 aura un autre type d’utilité : celle dite sociale. A la fois pour la société française en général en terme de cohésion sociale (quartier difficiles, mixité etc.), mais aussi pour le développement du jeu de Rugby des écoles primaires jusqu’aux équipes de France. Une occasion à saisir impérativement. 

Le Rugby et la Franc-Maçonnerie : des idéaux communs et un chemin partagé

Au regard de l’Histoire, le Rugby et la Franc-Maçonnerie partagent une naissance relativement récente, qui s’appuient cependant sur des traditions qui remontent à la nuit des temps. Notre sport, qui se veut jeu pédagogique, et la Franc-Maçonnerie suivent un chemin similaire et prônent les mêmes idéaux. D’ailleurs, à plusieurs moments clefs de sa création, le jeu de Rugby a croisé des frères Francs-Maçons. Tout sauf un hasard.

La mêlée au rugby : une gigantesque secousse sismique entre deux judokas à 8 têtes

Le séminaire des entraîneurs organisé par Tech XV et son institut de formation IFER du 18 au 21 décembre 2016 à Villard de Lans a connu un moment d’anthologie lors de la conférence interactive au sujet des bases techniques de la mêlée. Les débats furent menés par les experts Jean Marc Béderède, Serge Lairle et Nicolas Barbaz et ponctués des avis pertinents de l’arbitre Alexandre Ruiz et du DTN Didier Retière. Historiquement, le rugby européen a toujours préservé une place privilégiée à cette phase de jeu si singulière. Est-ce toujours le cas dans notre Rugby Spectacle moderne ? Malheureusement non.

La fin du Rugby Spectacle et Business est programmée

Depuis 1996 et son entrée dans le professionnalisme, le Rugby Spectacle tente de draguer un public et des spectateurs néophytes afin d’enrichir son « parrain » Canal plus et son « porte flingue » la LNR. Mais le Rugby n’est pas le foot, et en se lançant dans une surenchère spectaculaire permanente, le Top 14 a fini pas dégoûter nombre de ses fidèles supporters. NOUS les amoureux du Rugby n’avons pas disparu de la planète ovale. Avec nos différences et nos divergences, mais aussi avec nos célèbres valeurs fédératrices, nous sommes le dernier rempart contre les dérives du Rugby Spectacle.

Pourquoi l’équipe de France de Rugby ne part pas avec les mêmes chances que ses concurrentes dans le tournoi des 6 nations

La coupe d’Europe de Rugby, le tournoi des Six Nations, l’équipe de France de Rugby et les joueurs formés en France font-ils bon ménage? En d’autres termes, Guy Noves dispose-t-il d’un vivier de joueurs formés en France suffisant en nombre et en volume de temps de jeu pour être concurrentiel lors du tournoi des six nations et au-delà ?

Pourquoi et comment faire jouer des joueurs éligibles au XV de France dans les clubs du TOP 14 ?

Il n’est désormais plus un secret pour personne, que les rugbymen formés en France ont de moins en moins de place dans notre championnat : que ce soit en Top 14, mais aussi jusqu’en fédérale 1. Pour des raisons mercantiles et pour des critères d’efficacité à court terme, la grande majorité des clubs de rugby français préfère recruter massivement des joueurs formés à l’étranger. Le nouveau président de la FFR, Bernard Laporte, entend s’attaquer à ce problème. Quelles sont ses marges de manoeuvres ?

Dans quel championnat les rugbymen espoirs qui sortent des centres de formations français jouent-ils ?

Le monde du rugby français s’auto-congratule régulièrement en déclarant posséder avec le Top 14 le meilleur championnat du monde de Rugby. Mais qu’en est-il de sa formation de jeunes espoirs du rugbymen ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que leur avenir est largement obscurci par le recrutement exagéré de joueurs non formés en France. Tous les week ends, la grande majorité des jeunes rugbymen formés en France observe depuis les tribunes son équipe jouer. Quel gâchis !