Les produits dopants qui rendent euphoriques et ceux qui diminuent la douleur

Par Frédéric Bonnet

20160811_082829

Les différents produits dopants euphorisants et ceux qui diminuent la douleur : modes d’utilisation, principaux produits, effets recherchés par les sportifs, effets indésirables et anecdotes sportives.A suivre les produits qui stimulent le système nerveux central.

A suivre les produits dopants qui améliorent la respiration, la récupération et qui limitent le stress.

Ceux qui rendent euphoriques

Les corticostéroïdes

Les corticostéroïdes (cortisone) sont des hormones produites par les glandes surrénales. Ils ont une action anti-inflammatoire et sont utilisés sous forme de médicaments contre les maladies auto-immunes et les rhumatismes sous forme d’injection ou par voie orale.

Certains ont un effet court (Prednisone, Prednisolone), d’autres ont un effet prolongé (Bétaméthasone, Dexaméthasone, Cortivazol). Ils ont été mis sur le marché médical en 1936 et utilisés comme produits dopants dès 1960.

Ils peuvent être détournés de leur utilisation médicale pour leurs effets euphorisants, pour retarder la sensation de fatigue, se sentir plus fort, mais gare aux effets indésirables nombreux et graves.

Œdèmes et augmentation du poids, élévation de la glycémie, hypertension artérielle, diminution des anticorps, brûlures et ulcération gastro-intestinale, fractures, embolies artérielles, crampes musculaires, atrophie musculaire, glaucome, cataracte, convulsions, changement d’humeur, insomnies et psychoses. Ces effets indésirables sont irréversibles lorsque la corticothérapie est utilisée au long court.

Anecdote sportive : en 1997, Max Godemet, DTN de la FFR, dira que lors de la défaite de l’équipe française de rugby contre les Sud af 52 à 10, dix huit joueurs Springboks blessés étaient sous corticoïdes injectable !

La corticotrophine ou ACTH, tétracosactide

La prise d’ACTH ou synacthène entraîne une augmentation du taux de cortisol dans le sang et peut-être recherché par les sportifs pour son effet euphorisant. Il est utilisé sous forme d’injections.

Sa prise peut entrainer les mêmes effets indésirables que les corticostéroïdes : des œdèmes, une hyperglycémie, une hypertension artérielle, une ostéoporose et des troubles psychiatriques.

Anecdote sportive : dans le peloton du Tour de France des années 80 circulait un cocktail appelé « friandise du Dr X » qui mélangeait de la testostérone, de la cortisone et de l’ACTH.

Ceux qui diminuent les douleurs

Les anti-inflammatoires ou AINS, le paracétamol et le Di-Antalvic

Les Anti inflammatoires non stéroïdiens (aspirine, Ibuprofene, Nifluril…) sont des médicaments qui furent développés car les corticostéroïdes avaient trop d’effets indésirables. Pour un sportif, ces médicaments permettent d’atténuer la sensation des difficultés de l’effort et de la douleur, de pallier aux effets indésirables des stimulants (amphétamines) et de jouer malgré une blessure comme les anesthésiques locaux.

Ils ont toutefois encore de nombreux effets indésirables : irritations et saignements gastriques, éruptions cutanées, œdèmes, bourdonnement d’oreille et spasmes bronchiques.

Anecdote sportive : lors des coupe du monde de football 2002 et 2006, 23 % des joueurs prenaient des AINS 2 matchs sur 3 et plus de 10 % en prenaient avant chaque match. Seuls 19,7 % d’entre eux ne prenaient rien !

Ces chiffres, qui dépassent largement l’incidence des blessures rencontrées dans ces compétitions, démontrent que les AINS ne sont majoritairement pas pris pour des raisons thérapeutiques (pour soigner une douleur).

Les opiacés ou narcotiques

Les dérivés de l’ Opium (Fentanyl, morphine, héroïne, Méthadone, Tramadol, codéine…) furent développés pour leurs propriétés analgésiques et antalgiques, très utiles dans la lutte contre la douleur. Ces molécules provoquent aussi un relâchement musculaire et une diminution générale de la sensibilité. La prescription de ces médicament stupéfiants a rapidement été restreinte à cause de leurs très nombreux effets indésirables.Ils pourraient donc être détournés par les sportifs pour lutter contre le trac, le stress afin de gommer les enjeux de la compétition, pour diminuer la douleur.

Principalement, il faut signaler le risque majeur de dépendance (envie irrépressible d’en reprendre, plus le produit entraine un effet rapidement, plus ce besoin irrépressible revient tôt) et de tolérance (nécessité d’augmenter les doses pour avoir les mêmes effets). Attention au risque de dépression cardio respiratoire en cas de surdosage.

Anecdote sportive : en 1962, la fameuse intoxication alimentaire de Superbagnères sur le Tour de France, qui avait engendré un nombre important de vomissements chez des cyclistes, fut attribuée à des soles pyrénéennes avariées… Il s’agissait en réalité de l’introduction de morphiniques sur le tour de France selon le docteur L.Maigre, médecin chef du Tour.

Le cannabis (marijuana ou herbe, haschisch ou résine)

Depuis des siècles la plante de cannabis est cultivée pour son principe actif : le THC, Tétra hydro cannabinol. A faible concentration, ce stupéfiant a des effets désinhibants proches de l’alcool, il diminue le stress et a des effets euphorisants.

Mais à plus forte concentration, il devient un hallucinogène puissant. Le haschisch-doping apporte trois types d’effets :

euphorie et excitation motrice
augmentation de l’agressivité
suppression de l’inhibition
Il entraine une dépendance comme les autres stupéfiants. Mais aussi une hypotension orthostatique, une tachycardie et des psychoses.

Anecdote sportive : De 1995 à 1996, plusieurs dizaines de sportifs ont été contrôlés positifs au cannabis, parmi lesquels des footballeurs professionnels (gardiens de buts entre autre). Produit illégal en France, il fait parti de la classe S8 des produits interdits par l’agence mondiale antidopage. Pourtant, le haschisch doping fait toujours l’objet d’une certaine mansuétude, dans certaines fédérations ou même dans certaines instances censées lutter contre le dopage.

Les anesthésiques locaux ou dits de contact

Ce sont des substances qui suspendent par contact la transmission des sensations douloureuses. Ces médicaments (bupivacaïne, lidocaïne, mépivacaïne, procaïne…dérivés de la cocaïne) sont utilisés dans le monde sportif pour suspendre une douleur entravant le niveau de performance, sans toutefois en soigner la cause. Un leurre qui accroit l’étendue de la blessure.

Anecdote sportive : Selon Guy Roux en 1990, entraîneur de football à l’AJ Auxerre, certains footballeurs ont payés les piqures qui leur ont été faites pour pouvoir jouer en coupe du monde.

Philippe Guillard raconte dans l’équipe en mai 2016, comment il a joué la finale contre Agen avec un tendon qui se baladait en dessous du pied (en fait une luxation des péroniers). Descendu du bus avec ses béquilles, il a pourtant joué tout le match, plus la prolongation, sur une jambe qu’il ne sentait plus. Comment : grâce à une piqure d’anesthésiant avant le match.

Le miroir des sports raconte que le pilier du stade montois, JB Amestoy, aurait joué un match en 1965 avec une tendinite grâce à deux piqures d’anesthésiant avant le match et deux autres pendant le match.

Le courage nécessaire à la pratique du rugby ne devrait pas être confondu avec le mépris du corps des sportifs.

2 réflexions sur “Les produits dopants qui rendent euphoriques et ceux qui diminuent la douleur

  1. Moi j’ai jouer conte Toulon 60 minutes avec l intestin grêle perforée par un coup de genoux pourtant j ai pas pris de produit dopants juste l amour du maillot amities

  2. j’ai fouiné pendant deux heure aujourd’hui sur le web et enfin j’ai pu tomber sur ton site internet afin de passer le temps alors je laisse un signe en signe de ma gratitude :-).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *