La course aux phases finales : les perspectives pour l’UBB

Par Frédéric Bonnet

20160215_141028-2

Pour la première fois de son existence l’UBB est quasi certaine, sauf incident majeur, de participer aux phases finales du top 14. Les béglais entrevoient à nouveau la possibilité de soulever le bouclier de Brennus, le beau jeu et la touche de l’UBB ont simplement remplacé la tortue béglaise.

Le point sur le classement

Difficile de savoir actuellement où en sont les clubs dans la course aux phases finales en regardant uniquement le classement du top 14 : par exemple le Stade Toulousain a disputé 17 matchs, Montpellier 16 et l’UBB 18. Pour y voir plus clair, il faut analyser notre championnat du point de vue du classement britannique. Celui ci ne tient pas compte des points de bonus et ne donne ou n’enlève des points que dans 4 cas de figure : une victoire à l’extérieur qui rapporte 4 points, un match nul à l’extérieur 2 points ; une défaite à domicile qui fait perdre 4 points, un match nul 2 points. A cette période de l’année, ce classement est d’autant plus utile que le nombre de victoire à l’extérieur va diminuer fortement. Plusieurs raison à cela : le tournoi se termine et les doublons disparaissent, le mauvais temps niveleur des niveaux de chaque équipe s’estompe et les meilleures équipes arrivent toutes à leur niveau optimum. Ainsi, le pourcentage de victoire à l’extérieur qui est actuellement d’environ 27% en moyenne (avec des pics à 57,1% lors de la quinzième et seizième journée), va diminuer pour nous amener à une moyenne annuelle située entre 19,8% (2014/2015) et 15,4% (2013/2014). Les positions au classement britannique vont donc de moins en moins bouger et prédisent assez bien le futur proche de notre top 14.

A ce jour, après 18 journées, grosso modo, on distingue quatre blocs d’équipes.

  • Bloc 1 pour les deux premières places : Racing +22, ASM + 21 et RCT +20 points.
  • Bloc 2 pour les quatre places de barragiste : Montpellier + 17, UBB +16 et ST +12 points.
  • Bloc 3 pour les poursuivants : CO +6, Brive +6, LaRochelle +3 et Grenoble +1 points.
  • Bloc 4 pour les deux relégués : Pau -4,  SF -6, Agen -17 et Oyonnax -18 points

Pour en revenir à l’UBB, qui est en tête du bloc 2, pour être rattrapée, il faudrait que les équipes du bloc 3  gagnent au moins 3 matchs à l’extérieur. Fait hautement improbable, mais possible. Par contre pour intégrer le bloc 1, il ne manque qu’une seule victoire à l’extérieur aux béglais. 

Tel un sprinter du tour de France, le regard des joueurs de l’UBB est donc tourné uniquement vers l’avant. Avec interdiction de se retourner vers l’arrière.

Les perspectives pour l’UBB

Comme le RCT, les girondins vont bénéficier d’une semaine de repos supplémentaire bienvenue par rapport aux 12 autres équipes du Top 14. Ils avaient joué et gagné au Matmut Stadium la 13 ième journée contre le RCT en match avancé.

Il leur reste donc 8 matchs à jouer dont 4 à domicile. Les deux premiers en Gironde contre l’ASM et le Racing le 26/3 et le 02/4 seront déterminants et lanceront la course à la quatrième place, synonyme de match de barrage à domicile. Le 16/4, le déplacement à La Rochelle s’annonce rude, tandis que la réception du Stade Français quinze jours plus tard devrait mieux se passer, les parisiens à cette époque de l’année ne devraient plus rien espérer ni craindre. Sur ces quatre premiers matchs, on peut donc légitimement attendre trois victoires. Toutefois, pour assoir sa quatrième place, il faudra gagner encore au moins une fois à l’extérieur et c’est en Isère contre le FCG qu’elle sera la plus à leur portée, les Grenoblois n’auront plus rien à jouer à trois journées de la fin, contrairement la semaine suivante à Montpellier, un de leur concurrent direct. Il restera à recevoir les brivistes qui pourraient bien être encore dans la course, au moins pour la septième place et… à aller au stade Mayol pour clôturer l’année. 

Bilan : on peut raisonnablement tabler sur 4 victoires à domicile et 1 à l’extérieur.

Malheureusement, il faudra aussi compter sur les performances de leurs concurrents directs. Les plus dangereux semblent les Montpelliérains, surtout s’ils l’emportent au stade français et à Agen. Les points de bonus pourraient être aussi déterminants pour déporter les deux équipes.

Toulouse est en très nette perte de vitesse et ne devrait jouer que pour préserver sa sixième place. Elle devra en outre faire attention au retour de Castres, de Brive ou de La Rochelle, redoutable à domicile mais à la peine à l’extérieur, qui devraient se battre jusqu’à la fin pour la sixième et la septième place.

Mon pronostic :

1 ASM 2 RCT

3 Racing 4 UBB par chauvinisme 5 Montpellier 6 Brive

7  LaRochell

8 Toulouse 9 Castres 10 Grenoble 11 Pau 12 Stade Français

13 Agen 14 Oyonnax

Le turnover, c’est terminé

La fin de la saison sera intense et parsemée de trois pauses coupes jambes : entre la 20 ème et 21 ème journée ; entre la 21 ème et la 22 ième et entre la 23 ième et la 24 ième. Pour garder le rythme, il ne devrait plus quasiment y avoir de turnover parmi les 26 joueurs que compte la feuille de match. Sauf en cas de blessure bien entendu. Poste par poste, voici les joueurs qui devraient être titulaires (les incontournables en gras), les remplaçants certains et ceux qui restent en réserve (en italique).

N0 1 : Poirot néo international, Kitshoff ou Taofifenua, le choix est cornélien, Poux, la science de la mêlée en réserve.

N0 2 : Avei la dynamite , Maynadier, Auzqui et Chambord en réserve.

N0 3 : Kepu ou Gomez Kodela tous deux titulaires en puissance, Toetu toujours blessé

N0 4 : Ledevedec technique et aérien, Cazeaux

N0 5 : Marais le capitaine, Botha la puissance, Jaulhac toujours blessé

N0 6 : Madaule mélange de Magne et de Dusautoir, Braid pour les rucks

N0 7 : Chalmers l’aérien, Saili pour sa puissance, Clarkin pour son expérience

N0 8 : Goujon le surdoué, Tauleigne (impact player indispensable)

N0 9 : Serin le maître à jouer, Lesgougues pour les coups de folies de la soixantième minute, Adams pour son expérience

N0 10 : Bernard qui revient au bon moment, Hickey le métronome, Beauxis qui revient de blessure

N0 11 : Connor le vif argent

N0 12 : Rey pour sa puissance, sa technique et son pied , Lonca pour son pied

N0 13 : AAC pour son génie, Lebouhris complément idéal de Rey, Dubié très prometteur

N0 14 : Talebula ou Guitoune, tous deux rapides, puissants et surdoués

N0 15 : Buttin expérimenté ou Domvo qui revient de blessure ou Ducuing très prometteur

Beaucoup de certitudes donc, mais des choix cornéliens aux postes

  • de pilier gauche sur le banc ou de pilier droit, selon que l’on privilégie la mêlée ou le dynamisme,
  • en troisième ligne où il y a pléthore de joueurs et donc de possibilités,
  • chez les trois quarts centres où Lebouhris revient titiller AAC
  • et dans le triangle arrière où seul Connor semble indiscutable. Ils ne sont pas moins de 5 pour deux places sans compter AAC qui peut jouer ailier.

6 réflexions sur “La course aux phases finales : les perspectives pour l’UBB

  1. bien vu, analyse pertinente, juste, oui ‘un peu’ de parti-pris commun, partagé : UBB dans le dernier quart !

  2. Bien analyse. Il faut absolument gagner contre clermont et le racing. Apres on verra comment se comporter sur l’autre serie de 4 matchs.

  3. Nous sortions d’un bloc assez rude avec des deplacements compliques dont nous n’avions ramene qu’un point et nous devions donc assurer a la maison. En suivant, la coupure a fait du bien aux organismes. Elle nous a permis de recharger les batteries pour aborder la derniere ligne droite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *