L’UBB, le club de rugby girondin professionnel dont l’histoire reste à inventer

Un club de Rugby, c’est un stade, un maillot, des symboles, une école de rugby, des joueurs, des éducateurs, des entraineurs, des administrateurs et un président qui se lient et qui communient avec l’ensemble d’une cité et de ses citoyens. L’Union Bordeaux Bègles, l’UBB, n’a que dix ans d’existence. Ce club juvénil fait « enfin » sa crise d’adolescence. L’UBB est né dans la douleur de l’union de deux clubs antagonistes et centenaires. Il a peut être grandi trop vite et sans se préoccuper des deux histoires qui l’ont construit : celle des bordelais du SBUC et celle des bèglais du CAB. Pour aller de l’avant et se projeter vers l’avenir, il faut savoir d’où l’on vient. Il faut donc s’appuyer sur un passé riche et varié et s’ancrer dans la réalité de deux cités à la fois opposées et complémentaires : Bordeaux la belle cité fermée, étudiante et aristocratique et Bègles sa banlieue ouvrière, laborieuse et modeste.

Dans quel championnat les rugbymen espoirs qui sortent des centres de formations français jouent-ils ?

Le monde du rugby français s’auto-congratule régulièrement en déclarant posséder avec le Top 14 le meilleur championnat du monde de Rugby. Mais qu’en est-il de sa formation de jeunes espoirs du rugbymen ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que leur avenir est largement obscurci par le recrutement exagéré de joueurs non formés en France. Tous les week ends, la grande majorité des jeunes rugbymen formés en France observe depuis les tribunes son équipe jouer. Quel gâchis !

Amoureux du rugby en colère ou pourquoi je n’ai plus envie d’assister à des matchs du Top 14

Les acteurs du rugby professionnel de la saison 2016-2017 ne devraient pas oublier d’où ils viennent et pourquoi leur sport fut inventé. Ils devraient être les héritiers et les continuateurs de cette école de l’engagement collectif et physique, de la force morale et de l’intelligence en éveil. Sinon à quoi bon aimer le rugby plus qu’un autre sport ?

Double victoire en demi finale des espoirs de l’UBB contre le RCT et des crabos du CAB contre le BO

Victoire des espoirs de l’UBB contre ceux du RCT 25 à 23 à Capestang. Les bordelais qui ont longtemps fait course en tête du championnat d’élite des espoirs cette année méritent amplement d’aller en finale. Mieux, les agenais, leurs concurrents de la Garonne qui ont fini premiers de la première phase du championnat, sont éliminés par l’ASM. Deux raisons d’y croire : le talent des girondins et la malédiction des auvergnats lors des finales. Un nouveau brennus pour l’école de rugby du CAB et le centre de formation de l’UBB.

La formation des rugbymen français : l’ exemple du centre de formation de l’UBB (partie 2)

La formation française des jeunes rugbymen a été pointée du doigt depuis le fiasco de l’équipe de France de rugby de la dernière coupe du monde. On lit de plus en plus que la nouvelle génération de rugbymen, le futur proche du rugby français, partagerait de moins en moins les valeurs historiques de « l’ovalie », transmises jusqu’alors de générations en générations (esprit collectif, courage, fair-play et respect entre autres). Le centre de formation de l’UBB est un exemple très représentatif de ce qui se fait de mieux en France actuellement.

La formation des rugbymen en France : l’ exemple du centre de formation de l’UBB (partie 1)

Pour expliquer les déboires de l’équipe de France de rugby lors de la dernière coupe du monde ou lors du dernier tournoi des six nations, on cite le plus souvent deux boucs émissaires : le top 14 et la formation des jeunes rugbymen français.

Trop de puissance, pas assez de technique individuelle, trop de joueurs recrutés à l’étranger et pas assez de joueurs français titulaires en top 14, trop d’enjeu et trop de stress pour les clubs du top 14 du fait de l’épée de Damocles que représente la descente de deux clubs en pro d2, pas assez de jeu, pas assez de passes en top 14 sont les refrains qui reviennent le plus souvent.

Concernant la formation des rugbymen, la FFR avait pourtant fait figure de précurseur dans le domaine en imposant dès 2002 aux clubs professionnels la création d’un centre de formation selon un cahier des charges bien précis.