rugby XV de France

Sauver le XV de France

Par Frédéric Bonnet

Les gouvernants divers et variés du rugby français n’ont fait que l’enfoncer depuis qu’ils ont ouvert la boite de Pandore du professionnalisme. Les intérêts particuliers de 30 clubs professionnels et d’une dizaine de prétendants l’ont systématiquement emportés sur ceux de la grande masse anonyme de bénévoles et de joueurs qui font vivre, par passion le rugby français.

La plupart des médias qui couvrent notre jeu ne posent jamais les bonnes questions. Il faut dire qu’ils vivent de ce rugby professionnel. Il serait trop dangereux pour eux d’attaquer la poule aux oeufs d’or. Ils peuvent écrire des lignes et des lignes sur la préparation mentale défectueuse des joueurs ou ergoter lors de débats sans fin sur les défauts et qualités de tel ou tel joueur ou tel ou tel entraineur, jamais n’est posée la seule question qu’il faudrait énoncer.

Quand va-t-on enfin réformer le modèle rugbystique français ?

Revenir à un amateurisme, même marron, seul garant de l’esprit du jeu de Rugby est peut être utopique. S’inspirer et adapter les solutions trouvées par les nations phares du rugby mondial est tout de même plus facilement envisageable.

La France entière vit une période charnière de son existence. On ne peut écraser sans cesse le peuple et bafouer ses droits les plus élémentaires. Quand le contrat social tacite est ouvertement déchiré, il en faut peu pour que le soulèvement naisse. Souvent, l’étincelle qui fait s’écrouler l’édifice n’est qu’un prétexte. Le soulèvement jaune démontre samedi après samedi, que les femmes et les hommes ont besoin de se rencontrer, de s’exprimer et d’échanger leurs idées.

Les résultats calamiteux du XV de France sont le symbole de la décrépitude du rugby français. Le TOP 14 de la LNR n’est que l’arbre qui cache la forêt clairsemée du rugby français. Alors il est remps de donner la parole au peuple ovale. Celui qui connait le rugby pour le pratiquer, l’organiser et le promouvoir semaines après semaines.

Le rugby français a déjà 20 ans de retard, des mesures urgentes pour sauver le xv de France sont vitales. Des mesures qui sont comme de petites victoire amenant à un grand dessein : redonner du sens au jeu de Rugby.
1 Continuation du projet de retour du rugby dans les écoles primaires en passant par un rugby sans plaquage.
2 Repositionner la FFR à la tête du rugby français. La FFR doit être la seule à employer les joueurs de rugby. Les clubs ne devraient que les faire jouer et les entraîner comme en Nouvelle Zélande ou en Irlande.
3 Diminution drastique (3 par feuille de match) du nombre de joueurs non éligibles au xv de France en top 14, pro D2, fédérale…
4 Mise sous tutelle de la LNR par la FFR. Les intérêts du xv de France et du rugby en général sont plus importants que les intérêts particuliers des clubs.
5 Continuation du projet de la FFR de dissémination de conseillers techniques de rugby pour harmoniser, sans uniformiser, la formation française.
6 Instauration d’une continuité entre les différents sélectionneurs du xv de France.
7 Obligation du Double Projet chez tous les joueurs. Rugby plus boulot ou études.

Au delà de ces mesures , c’est d’un projet global qu’a besoin le rugby français. Un projet qui inverse la tendance : remettre le XV de France au centre, les clubs n’étant là que pour le servir. Vaste chantier.

2 Commentaires

  1. Pour l’EDF, je verrais bien, une cellule technique, qui analyserait, tout ce qui entoure un match !
    Pour connaître le succès et la gloire dans toutes les batailles, il faut toujours avoir en tête cinq éléments : la doctrine, le temps, l’espace, le commandement, la discipline.
     La doctrine : Il faut avoir une « unité de pensée » et s’y tenir.
     Le temps : Il faut savoir agir au bon moment.
     L’espace : Il faut bien choisir le terrain.
     Le commandement : Il faut faire preuve de respect, d’amour et d’empathie envers les hommes qui nous accompagnent.
     La discipline : Maîtriser la stratégie, savoir qui fait quoi, connaître tous les choix qui s’offrent à nous.

    Car pour moi ce n’est pas au sélectionneur de faire cette préparation, ensuite à lui de faire son choix sur les problèmes et les solutions que cette cellule, peut lui apporter et faire travailler son équipe, selon le schéma de jeu qui aura choisi au final. (Je lui conseille, aussi de lire le livre de la guerre du Général Sun Tsu, un livre sur l ‘art de la guerre, ainsi que celle rédigée par Machiavel).
    Les points faibles et les points forts de l’adversaire, les points faibles et les points forts des joueurs, que nous allons leurs opposer.
    Je ne comprends pas, pourquoi un sélectionneur, va te sélectionner, un joueur sur ses qualités en clubs et qui va l’utiliser, d’une façon différente, c’est aberrant…
    EX : On prend un joueur comme Atonio, +/-145 Kg, si tu lui donne la balle à l’arrêt je doute, que malgré sa puissance il puisse parcourir de la distance, avec l’opposition qu’il va rencontrer en face de lui, par contre si il est lancé, c’est même avec 3 mecs sur le dos 5 mètres de gagné, et ça c’est une question de logique.
    Etablir une (voir plusieurs) STRATEGIE (S) de jeu qui s’appuierait sur les faiblesses, mais aussi les points forts de l’adversaire, il faut toujours considérer qu’un point fort peut être une faiblesse non avouée.
    Il nous faut aussi réinventer le jeu de rugby, prendre plaisir à inventer des combinaisons, laisser libre cours à l’initiative de jeu, la rigueur n’empêche pas la créativité et l’initiative personnelle!

  2. Voici les propositions intéressantes du vaste chantier de réformes nécessaire pour notre institution fédérale . En plus j’y ajouterais une longue période de formation spécifique commune de plusieurs saisons pour tous nos jeunes rugbymen durant leur pratique à effectif réduit pendant leur passage en École de Rugby sur un travail principal de motricité , renforcement musculaire , déplacements , appuis , crochets , vélocité , appréciations des différentes courses . Le But de cette période de formation est d’apprendre à ÉVITER et de donner du sens au jeu en rendant les joueurs avides de jeu de mouvements pour marquer des essais . D’abord c’est cette priorité qui est l’enseignement de la vitesse dans le jeu de mouvement qui doit être mis en évidence . Puis viendra plus tard viendra l’apprentissage naturel de : comment s’opposer à ce jeu de mouvement ? ( introduction de placages ,voire des rucks ) . Nos jeunes rugbymen seront en situation de s’opposer plus facilement , plus logiquement car l’action défensive fera parti intégrante du jeu de mouvement . Les jeunes enfants aiment marquer les essais mais ont du mal à s’opposer parce qu’il ne sont pas en confiance et les acquis mettent beaucoup plus de temps à ce mettre en place . Il faut éviter de faire des séances ou des ateliers spécifiques au placage chez les jeunes enfants en attendant légitimement qu’ils prennent d’abord confiance en eux .
    Cette formation pour tous nos jeunes rugbymen pourrait durer jusqu’en U10 afin de bien les préparer à passer le cap des catégories supérieures en effectif complet et surtout d’ appréhender avec plus de sérénité les exigences de jeu que l’on connait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *