Matthieu André rugbyman professionnel pluri actif en Pro D2

Par Frédéric Bonnet

cropped-LOGO.png

Tout n’est pas négatif heureusement dans le rugby moderne. Il y a aussi dans le rugby de belles histoires de joueurs qui arrivent à être pluri actifs dans le sport professionnel de haut niveau. C’est le cas de Matthieu André, deuxième ligne du Sporting club albigeois en Pro D2. Il représente toutefois un cas d’exception dans le rugby professionnel français.

Avant que le rugby devienne professionnel en 1996, les joueurs étaient tous pluriactifs. Ils s’entrainaient le soir et travaillaient la journée. Le rugby n’était pas un travail, même s’ils lui consacraient énormément de temps. Les joueurs étaient ainsi socialement insérés dans la ville pour laquelle ils jouaient. Leur reconversion post rugbystique était aussi assurée.

Ce temps est bien révolu. D’une part, l’organisation du rugby pro, dès les centres de formation, laisse peu de temps aux joueurs pour étudier ou travailler. D’autre part, le monde du travail, l’éducation nationale et l’université tiennent rarement compte de la spécificité des étudiants sportifs de haut niveau.

Bien entendu, les exceptions qui confirment la règle existent : Clément Maynadier à l’UBB, Paul Boisset à Aurillac, Antoine Batut à Montpellier, Grégoire Maurino à Colomiers ou donc Matthieu André à Albi.

Matthieu André, joueur de 200 cm pour 118 kg, a commencé le rugby à 12 ans dans l’école de rugby de Villemur sur Tarn. Son père était deuxième ligne, comme lui, au Stade toulousain. C’est donc ce club que Matthieu André va rejoindre à 14 ans. Il y restera jusqu’à ce qu’il termine sa formation rugbystique au centre de formation du stade, en étant au passage titulaire au poste de deuxième ligne du XV de France des moins de 21 ans.

Le parcours sportif de Matthieu André est à l’image de tout rugbyman d’élite : commencer le rugby dans un petit club familial, être repéré par un grand club, intégrer un centre de formation et être sélectionné en équipe de France dans sa catégorie d’âge.

Cependant, contrairement à ses camarades du rugby, Matthieu André a parallèlement une deuxième vie tout aussi prenante : celle d’étudiant ingénieur en génie civil à l’INSA de Toulouse. Certes, il faut des capacités particulières pour intégrer ces grandes écoles, mais aussi énormément de volonté tant les charges de travail sont importantes.

Malgré son statut de sportif de haut niveau, les professeurs de l’INSA vont essentiellement proposer à Matthieu André des étalements pour ses années d’études et de lui donner des cours particuliers de temps en temps. A charge pour lui le reste du temps de récupérer les cours loupés auprès d’autres élèves. Rugby et études, études et rugby : son temps est compté.

Finalement, il effectuera ses cinq années d’études en sept ans. Le moment le plus délicat de ses années d’étude se situe à sa sortie du centre de formation du Stade toulousain, en fin de troisième année d’INSA. Comme la grande majorité des espoirs du rugby français, Matthieu André ne trouve pas de contrat pro dans son club formateur.

Il est donc obligé de « s’exiler » en 2009 à l’U S Dax en Pro D2. Il y jouera 54 matchs pour 3005 minutes de jeu. Un titulaire à part entière ce qui lui laisse peu de temps pour continuer ses études. En deux ans, il validera une année d’étude en se faisant notamment envoyer les cours par correspondance.

Surtout, il va pouvoir compter sur un merveilleux professeur qui fera le trajet Toulouse-Dax tous les mercredi pour lui dispenser des cours particuliers de 9 heures à 17 heures. Toutes les cinq semaines, entre chaque bloc de match, il passera ses examens partiels à Toulouse.

Pour effectuer son stage de fin d’études et pour se rapprocher d’Henry Broncan, un entraineur qu’il affectionne, il se rapproche de Toulouse en signant au S C d’Albi en 2011. Il y est actuellement un joueur cadre, vice capitaine, pour la sixième saison (128 matchs pour 8048 minutes de jeu).

201511261851-full

Pourtant, il va réussir pendant ses moments de repos rugbystique à concilier rugby pro et stage de fin d’étude à Montauban (participation à la construction du complexe aquatique). En février 2014, il a officiellement fini ses études et obtenu son diplôme d’ingénieur en génie civil. Sa reconversion post rugby est assurée. Il peut désormais, à 28 ans, se consacrer uniquement à sa carrière rugbystique.

Mais très rapidement, il se rend compte que le rugby ne suffit pas à combler sa vie. Il a l’impression de perdre son temps, de ne servir à rien et une forme de mal être s’installe lors de ses temps libres. Six mois après, il décide de créer à Toulouse, sa propre société de conception et de construction de maisons individuelles, MA concept (www.maconcept.fr).

logo-MA-concept-final

201312081152-full

Concilier une carrière sportive et la poursuite d’études de haut niveau ou l’exercice d’un travail ne devrait plus relever de l’exploit personnel et de la volonté d’individu hors normes. Les quelques cas emblématiques de joueurs pluriactifs cachent la forêt de joueurs qui ne se consacrent uniquement qu’au rugby.

Il en va de :

  • l’interêt social des sportifs à ne pas se couper de la société.
  • leur intérêt à court terme de préparer un éventuel échec dans le rugby pro
  • et de leur interêt à long terme de préparer leur avenir post rugby.

Une réflexion sur “Matthieu André rugbyman professionnel pluri actif en Pro D2

  1. Très bon article. Les capacités à évoluer à ce niveau d’étude n’est pas donné à tout le monde alors avec le rugby en supplément cela devient un exploit.
    Tous les joueurs n’ont pas les capacités ou l’envie d’aller si loin mais il est évident qu’il faut absolument améliorer la qualité de l’apprentissage d’un métier durant la carrière d’un professionnel au sein des clubs. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *